4917639-le-desespoir-des-pauvres-sans-abri

Comment ne pas rendre hommage à ces oubliés,  ces anonymes, ces gens sans importance ? Je ne connais malheureusement pas l'auteur de cette chanson que m'a fait découvrir mon ami Denis. Mais qu'il soit remercié pour la justesse et la beauté de son texte. Jugez plutôt :

 

"On dit des gens sans importance, des gens qui ne sont jamais nés,

Des anonymes, des pas de chance, des gueules meurtries, des gueules cassées,

Des pauvres gens en mal de chance qui doivent se taire et travailler,

Des gens qui ont perdu d'avance pour ce qu'ils croient avoir gagner.

 

On dit des gens sans éloquence, des gens sans grandeur à venir,

On dit des gens sans importance, on dit des gens sans avenir.

 

J'en ai vu des gens sur ma route, des tragédies, des fantaisies,

Des gens qui malgré leur déroute, faisaient encore valser la vie,

Des gens qui n'avaient rien du tout, qui pourtant auraient tout donner,

Des gens tombés qui d'un seul coup, essayaient de se relever.

 

J'en ai vu des gens sans histoire qui se racontaient sans tricher,

Des gens muets dans leur parloir qui ne savaient plus à qui parler.

 

J'ai vu des gens sans défense, des coeurs  meurtris, abandonnés,

Qui, du plus profond de leur souffrance croyaient encore au verbe aimer.

Des gens de tous bords, de tous larges, des gens d'horizons si lointains,

Des gens qui comptaient page à page les maladresses de leur destin,

Des gens qui  n'usaient d'aucun charme, des gens de soucis quotidiens,

Des gens démunis et sans armes que l'on fusille tous les matins.

 

On dit des gens sans importance, des gens qui ne sont pas cités,

Des gens qui comptent leur dimanche et qui ne savent pas bien compter.

 

On dit des gens sans un diplôme, des gens sans université

Et qui n'ont pas inventé l'atome et qu'on envoie se faire tuer.

 

On dit des gens sans aventure, frileux dans leur sécurité,

Des gens qui se tuent en voiture parce qu'ils voulaient accélérer.

 

J'en ai vu des gens, des ivrognes, des comptoirs toute la journée,

et qui s'étaient cognés la trogne à leur amour, à leur passé.

 

J'en ai vu des gens sans bonheur qui s'en allaient petitement,

Des gens qui réclamaient encore le droit de vivre dignement.

On les regarde dans leur mouroir, ils nous font rire bien souvent,

Des gens sans nom, des gens sans gloire, des gens tout court, des petites gens.

 

J'ai vu des gens couverts de gloire, des stars repues et adulées,

Qui pleuraient devant leur miroir parceque des rides avaient poussé,

Comme pour crevasser leur visage comme si la mort les torturait,

Arrivées au bout du voyage, ne sachant plus qui elles étaient.

 

J'ai vu des gens couverts d'argent, se cacher pour pouvoir pleurer

Et redevenir impuissants car leur enfant s'est suicidé

Et plus rien n'avait d'importance.

 

J'ai vu des gens plein d'importance, se dire en bonne volonté,

tricher en toute impénitence pour le pouvoir assassiné.

 

J'ai vu ces assassins de l'ordre

fusiller des hommes innocents

au nom de l'Etat en désordre,

Emprisonner les opposants.

 

J'ai vu ces rois, ces présidences, qui se croyaient les plus forts,

Recroquevillés dans leur puissance, trembler de peur face à la mort.

 

On dit des gens sans importance, qui n'ont jamais tué un chat,

Des gens fleuris comme l'enfance, qui pour mourir tendent les bras.

 

J'ai vu des gens tellement sensibles que pour parler ils se noyaient,

Des gens qu'on traitait d'imbéciles et qui simplement souriaient.

 

J'ai vu ces gens, ces invisibles, qui tout simplement cheminaient

Avec des rêves inaccessibles, mais que parfois ils atteignaient.

 

On dit des gens sans importance, j'ai vu ces gens avec mes yeux,

Ils sont ma joie et ma souffrance,  j'ai besoin de te parler d'eux !"

 

 Et vous, qu'en pensez vous ? Si vous êtes d'accord, alors cliquez sur "J'aime", "Tweet", "g+1" et laissez un commentaire dans l'encadré ci-dessous.

Vous aimerez certainement d'autres articles dans les catégories situées à votre droite.

 

Commentaires :

Gersande - le 23 novembre 2013

Bonjour
Quelle joie de retrouver ce texte. C'était un monsieur qui chantait dans le métro à Lyon. Il vendaient les casettes audio de ces chansons, ça fait au moins 20 ans que je lui en avait acheté une. Il y avait d'autres textes encore mieux que celui ci mais malheureusement je n'ai plus cette cassette. Egarée à force de déménagement. Merci d'avoir pu relire cette chanson avec la voix de son auteur et la musique en tête.

 

Vision de vie - le 23 novembre 2013

Je suis raviede vous avoir rappelé de bons souvenirs. En effet, il s'agit d'un grand Monsieur, avec une voix et des chansons magnifiques, toujours resté dans un quasi anonymat. Dommage qu'il n'ait pu être connu du grand public. Pour ma part, c'est un ami, qui m'a fait connaitre cet artiste. Il m'avait dit qu'il chantait dans le métro. Je suis heureuse de pouvoir lui rendre l'hommage qui lui est dû.