75947_333981093368069_904874958_n

  "Ces fleurs qui n'apportent rien

sauf l'essentiel dont vit chaque être :

l'Amour !"

- Armand MARQUISET -

 

420969_255824951206476_501417980_n

Armand Marquiset, né le 29 septembre 1900 à Gagny (château de Montguichet) en Seine & Oise et mort le 14 juillet 1981 à Burtonport (comté de Donégal en Irlande) est le fondateur de plusieurs associations et tient une place importante dans l'histoire sociale du XXe siècle.

Appartenant à la haute société parisienne, il entreprend d'abord, en dilettante, une carrière de musicien comme pianiste et compositeur.

Au début des années 1930, porté par une très forte inspiration religieuse, il renonce à sa carrière musicale et se consacre (peu à peu mais de façon de plus en plus exclusive) au service des autres.

Il crée, en 1932, l'association "Pour que l'Esprit vive", pour l'aide aux artistes et aux intellectuels, et en 1936 "Les amis de la banlieue", pour les enfants défavorisés de la région parisienne.

Après avoir mené tout au long de la Seconde Guerre Mondiale des actions en faveur des populations déplacées et des enfants, il fonde, le 19 avril 1946, l'association les "Petits Frères des Pauvres" pour les personnes âgées, qui sont, dans le contexte économique et social de l'époque, « les plus pauvres ».

Quittant, en 1965, la tête de cette association devenue une institution nationale et internationale importante, il fonde "Frère des Hommes" qui représente historiquement l'une des premières ONG tiers-mondiste française et qui, sous son impulsion, se développe rapidement en Asie, en Afrique et en Amérique latine.

Il en abandonne la direction en 1969 pour se consacrer à la dernière de ses fondations, "les frères du ciel et de la terre", destinée à lutter contre l'isolement et la solitude dont il pressent qu'ils sont en train de devenir des problèmes majeurs de la société contemporaine.

L'empreinte d'Armand MARQUISET reste liée à sa vision de la valeur unique et irremplaçable de chaque personne et à sa pratique subversive de l'aide qu'il exprimait dans une interrogation : « Avons-nous donné des fleurs avant le pain ? ».

Et vous, qu'en pensez vous ? Si vous êtes d'accord, vous êtes libre de cliquer sur "J'aime", "Tweet", "g+1" et de laisser un commentaire dans l'encadré ci-dessous.

Vous trouverez d'autres citations dans les catégories situées à votre droite.