11148_deuil-dossier_650x370

 Quoi de plus atroce que de perdre  plusieurs êtres chers, comment survivre à une telle horreur ?

Martin GRAY dans son "livre de la vie" l'évoque ainsi :

"La mort des êtres chers, c'est un cyclone qui vous aspire, dans lequel vous pouvez vous laisser entrainer et vous y noyer. Il faut s'éloigner du cyclone. Il faut vouloir survivre.

Et c'est en soi, seulement en soi et par soi, qu'on peut décider de vaincre le désespoir de la mort. Par l'action et la pensée, il faut construire des barrages contre ce désespoir, puis se tourner vers les autres, vers la vie ...

Etre fidèle à ceux qui sont morts, ce n'est pas s'enfermer dans sa douleur. Il faut continuer à semer ses rêves, à creuser son sillon droit et profond, comme ils l'auraient fait eux mêmes ou comme nous l'aurions fait avec eux et pour eux.

Etre fidèle à ceux qui sont morts, c'est vivre comme ils auraient vécu et les faire vivre en nous."

                                                            Martin GRAY - Le livre de la vie -

 

              AVT_Martin-Gray_6602

Martin Gray, né Mietek Grayewski, est un écrivain franco-américain, d'origine polonaise, Juif, né à Varsovie le 27 avril 1922. Il est connu pour son livre Au nom de tous les miens, dans lequel il décrit une partie de sa vie et notamment le drame d'avoir perdu à deux reprises toute sa famille, d'abord dans les camps d'extermination nazis, le laissant seul survivant : sa mère et ses frères tués dans la chambre à gaz du camp de Treblinka, son père abattu sous ses yeux à la tête des insurgés du ghetto de Varsovie puis Le 3 octobre 1970, sa femme Dina et ses quatre enfants mouraient dans l'incendie de forêt du Tanneron dans l'incendie de leur maison dans le Sud de la France.

 Il a voulu qu'un livre rende hommage à la mémoire de ceux qu'il a perdus, à la mémoire aussi de tous ceux qui ont disparu comme les siens. Son récit est l'un des plus bouleversants qui se puissent lire.

- Le livre de la vie- qui a obtenu le prix du Mérite littéraire « Dag Hammarskjöld", est la suite d’"Au nom de tous les miens", Martin Gray analyse sa vie après le décès de son épouse Dina et de ses quatre enfants.

Pendant dix ans, l’écrivain avait vécu des moments de bonheur avec sa famille ; il nous les fait partager. Ensuite survient le drame. Martin Gray perd les siens pour la seconde fois. Durant des semaines, il vit dans leur souvenir, ne changeant aucun jouet de place.

Il nous dévoile aussi les problèmes, les malheurs d’autres couples. Il nous d’écrit comment ceux-ci réagissent face aux épreuves de l’existence. Dans la vie, la passion que l’on voue à quelque chose peut nous aider à vivre, à aller plus loin. Martin Gray nous apprend aussi combien « l’autre » peut nous réconforter, nous redonner espoir grâce à une simple parole, un geste bénin. Tout comme cette vieille femme qui vint un jour le voir, non pour lui demander un autographe, mais pour le remercier d’avoir redonné courage à sa petite fille.

Ce livre est destiné à chaque homme qui, un jour, s’est interrogé sur le sens de sa vie ; a rencontré le désespoir, la tristesse, afin qu’il retrouve « le bonheur, le courage et l’espoir » par lui-même.

 images6

 

Et vous, qu'en pensez vous ? Si vous êtes d'accord, alors cliquez sur "J'aime", "Tweet", "g+1" et laissez un commentaire dans l'encadré ci-dessous.

Vous aimerez certainement d'autres articles dans les catégories situées à votre droite.

 Vous retrouverez d'autres textes sur la mort, le deuil sur le blog d'accompagnement au deuil :

                           "la vie pour l'éternité"